UE 9 – Tendance 1


 

Gouvernance d’entreprise : responsabilité et stratégie (20h)

 

Antoine Rebérioux 

( Professeur Université Paris Diderot )

 

 

Objectif pédagogique :

 

Ce séminaire s’intéresse à la gouvernance d’entreprise, c’est-à-dire à l’ensemble des règles, normes et pratiques qui conditionnent l’exercice du pouvoir dans les grandes sociétés cotées. Ce séminaire traite plus particulièrement de deux questions. Celle de la responsabilité des dirigeants et des administrateurs, d’une part. Doivent-ils servir exclusivement l’intérêt des actionnaires ? Ont-ils au contraire une responsabilité élargie, de nature sociétale ? Celle la stratégie des entreprises, d’autre part. Quelles sont les conséquences, en matière d’investissement et d’arbitrage court terme/long terme, des différents mécanismes de gouvernance (stock options, LBO, composition du conseil, etc.)?

 

 Plan de cours

 

Chapitre I : Société et entreprise

1. La société en droit

1.1. La personnalité morale

1.2. De la société de personne à la société de capitaux

2. L’entreprise en économie

2.1. L’entreprise comme processeur d’informations

2.2. L’entreprise comme processeur de connaissances

Chapitre II : La diversité des modèles de gouvernance : Anglo-Saxon versus Européen-Continental 1. La distribution de la propriété sociale 2. La « séparation de la propriété et du contrôle » 3. La participation des salariés

Chapitre III : La gouvernance actionnariale 1. Relation principal-agent et asymétries informationnelles 2. Mécanismes de gouvernance actionnariale et stratégie des entreprises 3. Les limites d’un modèle

Chapitre IV : Le modèle de la RSE 1. La question des externalités 2. Les limites d’un modèle

 

Contrôle des connaissances :

 

Examen final

 

 

Bibliographie :

 

Aglietta M. et Rebérioux A. (2004), Dérives du capitalisme financier, Paris, Albin Michel. Traduction: Corporate Governance Adrift. A Critique of Shareholder Value, Edward Elgar, may 2005. Berle A. et Means G., (1932), The Modern Corporation and Private Property, New York, Harcourt, Brace and World, new ed. 1967 Blair M. (1995), « Ownership and Control: Rethinking Corporate Governance for the Twenty-First Century », Washington, Brookings. Crifo P. et Ponssard, J.-P. (eds) (2010), Corporate Social Responsibility: from Compliance to Opportunity, Les Editions de l’Ecole Polytechnique. pp. 27-39. Favereau, O. (2014), Entreprises : la grande déformation, Humanités. Robé J.-P., 1999, L’entreprise et le droit, Que sais-je ? Shleifer A. et R. Vishny (1997) « A Survey of Corporate Governance », Journal of Finance, vol 52, n° 2, pp. 737-83.

 

Économie servicielle (20h)

Photo T Lamarche

Thomas LAMARCHE

( Université Paris Diderot )

 

Objectifs pédagogiques :

 

Le cours a pour objet d’identifier une des principales dimensions de l’économie servicielle : la relation de service et plus largement les modalités variées de coproduction. Analyser l’économie à partir des services impose de repenser les rapports aux clients-bénéficiaires, aux territoires, et donne des pistes pour penser de nouveaux modèles économiques. Le cours est essentiellement basé sur une étude de cas menée par les étudiants regroupe en équipe de travail. Chacune devra formuler une recommandation d’intervention en matière d’amélioration de la relation de service, auprès d’un client auprès duquel il devra y avoir une première investigation. Le cours proprement dit accompagne es groupes de travail en posant des éléments de diagnostic sur la relation de service, sur les changements contextuels globaux liés aux tendances à la désindustrialisation / tertiarisation notamment.

 

Plan du cours :

1. Introduction de l’étude de cas

2. Composition des groupes de travail

3. Définition et caractéristiques des services : relation de service et coproduction

4. Les séances de TD seront l’occasion de présentation de l’avancée des travaux, de travail de groupes, de pollinisation entre les équipes.

5. Selon l’avancée des équipes et les questions rencontrées, le cours (les diapos) sera mobilisé autour de différentes thématiques utile à l’avancée. Notamment      a. De la problématique quête de gains de productivité dans les services      b. Cise post-industrielle      c. Service et TIC      d. Service et territoire      e. Nouveau management public      f. Relation de service et rétention clients etc.

6. Exposés.

 

Références bibliographiques :

 

-Gadrey J, Socio-économie des services, collection Repères, Éditions La Découverte, Paris, 2003. -Moati P, L’économie des bouquets, Edition de l’Aube Paris, 2007. -Gallouj C. et F. Djellal, Introduction à l’Economie des services, Presses Universitaires de Grenoble,2007. -Eiglier, P. et Langeard, E., Servuction le marketing des services, Ediscience, Paris, 1987.                                                                                                                     -Mouhoud, EM. (2010), Économie des services et développement des territoires, DATAR, La documentationfrançaise. -Graz J C, et Niang N (eds), 2013. Services sans frontières. Mondialisation, normalisation et régulation de l’économie des services. Paris: Presses de science po.

 

Modalités de contrôle des connaissances :

 

Contrôle continu 100 % de la note finale : exposé + document écrit